🇫🇷 Bataclan : pour la toute première fois, les policiers de la BRI qui étaient face aux terroristes acceptent de témoigner

Publié à l'origine sur : 🇫🇷 Bataclan : pour la toute première fois, les policiers de la BRI qui étaient face aux terroristes acceptent de témoigner

A 3 mois de l’ouverture du procès des attentats du 13 Novembre 2015, France 3 Paris Ile-de-France vous propose un document exceptionnel. Pour la toute première fois, ceux qui étaient face aux terroristes au Bataclan acceptent de témoigner…

22H30 L’ARRIVÉE AU BATACLAN

23H15 LA NEGOCIATION

00H18 L’ASSAUT

00H18 A FIN DE L’ASSAUT ET LA LIBÉRATION DES OTAGES

6 J'aime

Ces hommes sont braves et j’ai toujours eu de l’admiration pour ces gens qui sont prêt à mourir pour sauver leur peuple.
L’occident a toujours eu des braves de leur trempe.
Maintenant je suis toujours autant révolté par l’inaction voulue par la hiérarchie qui leur a refusé de monter à l’assaut à ceux qui étaient là dès le début. Le refus de combattre m’a choqué.
Combien des personnes sont mortes car l’assaut a été lancé plus de 2h après le début de l’attaque ?

6 J'aime

Leur hiérarchie s'est pissée dessus à l'idée que les terroristes activent leurs ceintures d'explosifs et qu'on les tienne responsables d'un assaut sans négociation préalables et sans des unités spécialisées pour de l'antiterrorisme avec libération d'otages... personne n'aurait couvert leurs supérieurs s'ils avaient donné leur feu vert, donc même si c'est lâche, je les comprends. Ils voulaient éviter un scandale international de type opéra de Moscou (en plus avec des éléments non-préparés spécifiquement pour ça). Il faut surtout de l'éducation populaire dextriste pour apprendre aux gens à accepter qu'il vaut mieux intervenir et éclater des terroristes, et que les victimes d'un assaut anti-terroriste sont des victimes des terroristes et non de la police... C'est énervant et triste mais je vois difficilement dans quel contexte des supérieurs auraient pu donner leur aval en leur disant "allez-y à 2, au pire tout le monde meurt !". J'espère que les gens seront mieux éduqués sur ces questions et n'auront pas sans cesse pour réflexe, quand ça tourne mal, d'accuser la police et la hiérarchie d'un assaut. Quand je vois comment la BRI s'est fait laminer simplement pour... avoir osé faire leur boulot à Saint-Denis en tirant beaucoup de munitions dans des tirs de suppression... je me dis qu'ils ont préféré ne pas faire des terroristes des martyrs.

Pour l'opéra de Moscou, je me souviens que tous les journaux gauchistes de l'époque que j'avais lus avaient accusé les forces de l'ordre russes, et défendu les terroristes tchétchènes, et que tous les morts ont été mis sur le compte de forces de l'ordre et du gouvernement russe, tout en brandissant les femmes terroristes pour dire qu'ils voulaient juste pacifiquement faire des revendications...

Tactiquement et héroïquement c'est dramatique. Politiquement, je pense que c'était le bon choix, étant donné la folie gauchiste. On est peut-être passés à côté d'une grosse pandémie psychiatrique...

5 J'aime

Y a quand même eu la bac qui est entrée et à eu un des terroristes car ils étaient pas encore retranché.
Y en a eu un de moins car seulement deux agents sont entrés.
Je comprend la hiérarchie qui a eu peur que ça dégénère. Qu’ils soient jugés fautif car les négociations aurait pu être amorcée alors que c’était une action de guerre ou la négociation est impossible.
comment ça peut dégénérer pire que 90 personne massacrées et des dizaines de blessés laissés 2h dans leur propre sang ?

3 J'aime

J'espère qu'ils ont tiré des leçons de ça et réformé des choses. Mais je pense que si ça change, c'est parce que les peurs d'une réaction de dinguerie gauchiste se sont dissipées. Pour avoir souvent utilisé l'exemple de ces deux policiers de la BAC arrivés sur place et qui ont tué un terroriste, tu hallucines devant la haine des réactions psychiatriques anti-port d'arme "et si ça blesse un INNOCENT !!" o_O C'est de l'ordre du crédo religieux. "Tu ne tueras point par erreur, même en stoppant un attentat". On est face à des fanatiques néochrétiens qui jurent d'être athées et humanistes :crazy_face:

Il y a encore beaucoup de gens fous qui hurlent à l'idée qu'une riposte au 9mm puisse faire des dommages collatéraux, indépendamment du fait que des mecs arrosent de tirs de kalachnikov sur une foule... c'est ahurissant...

Du coup je pense que politiquement ils se sont juste laissé impressionner jusque là par les réactions d'hystéro-prostatie collective. Le soutien très récent et la confiance en les forces de l'ordre avec un recul impressionnant du conspirationnisme pro-terroriste chez les européens depuis les théories d'asile du 11 septembre et le soutien inconditionnel au terrorisme algérien, tchétchène et palestinien par un bon tiers de la population, tout ça fait que les écoles de guerre vont se mettre à jour et considérer comme tu dis que quand il s'agit d'une action de guerre, on ne va plus traiter ça comme une prise d'otage.

C'est malheureux, et il y aurait eu beaucoup moins de morts si l'opinion publique n'avait pas été vérolée par le sinistrisme pro-terroriste. On vient de très loin, et si les gens ont compris que Daesh = méchants, il y a encore un paquet d'asiliens qui ne fait pas la différence entre terrorisme et résistance, et qui nie encore aujourd'hui la nature terroriste du FLN, par une ignorance bien consentie.

6 J'aime

Bonjour Ă  tous :slight_smile:

Alors pour ceux que ça intéresse, je vous conseille la lecture de l'enquête parlementaire sur le 13 novembre.
Je l'ai lu entièrement. Et Le commissaire Molmy (chef BRI PP) s'en prenait plein la tronche. Le commissaire Fauvergue (patron du raid) qui s'en prenait encore plus sur l'heure d'arrivée de son unité et qui ne comprenait pas qu'un groupe à compétence nationale comme le Raid se fasse passer devant par un groupe d'intervention à compétence régionale. Même le patron du gign qui s'était déplacé de satory et se trouvait stationné avec son unité dans une caserne proche du bataclan, (très proche du bataclan de mémoire, mais qui était là au cas où pour un éventuel autre théâtre d'intervention) s'interrogeait de ne pas avoir été envoyé sur le bataclan car il estimait que le Gign était plus apte que la BRI et le Raid.
C'est le préfet de police de l'époque qui en liaison avec le ministre de l'intérieur ont fait les choses comme ça.
L'intervention du Commissaire de la Bac et de son chauffeur Ă  mis fin au massacre. C'est ce qui ressort de l'enquĂŞte parlementaire.
La BRI est arrivée sur les lieux avant le raid et a tout de suite procédé à la sécurisation de la fosse, et dans la foulée des premières évacuations sur les postes médicaux avancés établis à l'extérieur. Les effectifs raid sont arrivés peu après et ont complétés le dispositif BRI.
Je n'invente rien, c'est dans l'enquête parlementaire. Avec si mes souvenirs sont bons de gros débats crispés sur l'heure d'arrivée des premiers effectifs Raid, de la BRI et du pourquoi 2h, et du pourquoi la BRI.
Très gros débats aussi avec le gouverneur militaire de Paris, l'intervention des forces sentinelles notamment au bataclan.
Alors il ne s'agit pas de refaire le match mais l'enquête parlementaire de plusieurs centaines de pages reprend toutes ces choses en détails :wink:

(alors excusez moi qq fautes que je corrige au fur et Ă  mesure ma tablette corrige tout mais pas comme je le veux)

7 J'aime

J'espère qu'ils ont mis tout au clair et résolu les problèmes à l'origine de ces problèmes de coordination. Que ça se passe mieux la prochaine fois.

Oui c'était aussi mes infos, les terroristes se sont retranchés après l'intervention de la BAC dans le secteur par hasard. C'est bon de vivre dans un pays où il y a une enquête parlementaire consultable, qui traite le problème avec honnêteté, c'est la différence entre un pays moderne qui s'améliore, et un shithole.

3 J'aime

J'y ai jeté un œil. Revisiter cette soirée est un peu troublant... Ce dont tu parles y figure effectivement, notamment p.17-20, p.75-77 et p.251.

Il y a des chances. Le dĂ©tail qui tue se trouve p.18 :confounded:

« Avec le recul, certes on peut dĂ©plorer que ce nouveau schĂ©ma national d’intervention des forces de sĂ©curitĂ© n’ait pas Ă©tĂ© mis en Ĺ“uvre dès après le mois de janvier 2015. Ce qui aurait sans doute permis aux fonctionnaires de la BAC [on parle ici des agents de la BAC 94 arrivĂ©e en premier devant le Bataclan, pas du commissaire et de son chauffeur hĂ©roĂŻques arrivĂ©s quelques minutes après] d’être en mesure d’intervenir Ă  l’intĂ©rieur de l’établissement.

PrĂ©cisons toutefois que le ministre de l’IntĂ©rieur avait bien anticipĂ© cette nĂ©cessitĂ© en saisissant le 08 juin 2015, les directeurs gĂ©nĂ©raux de la police et de la gendarmerie nationale pour faire des propositions sur les modalitĂ©s d’une riposte en deux temps, engageant d’abord les forces intermĂ©diaires comme primo-intervenants puis les forces d’intervention spĂ©cialisĂ©es. Leurs conclusions favorables n’étaient rendues hĂ©las que le 16 octobre, soit seulement un mois avant les Ă©vĂ©nements du 13 novembre. Â»

J'ai fini par le visionnage des vidéos. Gahh. Boule au ventre.

On peut pas leur en vouloir pour être un poils court pour la mise en œuvre du nouveau système.

Bonjour Ă  tous :slight_smile:
Je me permets de déterrer ce sujet, le procès du 13/11/15 approche et arte a fait ce reportage qui justement traite de l'enquête parlementaire sur le 13 novembre évoquée plus haut.
On y retrouve SĂ©bastien Pietrasanta et Georges Fenech les 2 rapporteurs ainsi que des autres personnages de premier plan oĂą de simples maillons ayant eu un rĂ´le dans la gestion de la crise.
Élément nouveau apparament dans ce documentaire, la non intervention de la BI (pour info brigade d'intervention rattachée à la Direction de l'ordre publique et de la circulation, direction de la préfecture de police, alors que le Raid n'appartient à aucune grande direction et est un service directement rattaché au DGPN).

6 J'aime

J'ai enfin pris le temps de le regarder. Cette histoire de BI dirigée vers le 36 est en effet déroutante. Mais j'ai trouvé que le reportage devenait très léger sur cette partie, et même assez malaisant par son ton accusatoire. On a cette journaliste qui déroule, sans l'ombre d'une preuve, sa théorie du calcul politique cynique qui aurait valu à un ministre de de favoriser tel service au détriment d'un autre et au détriment des citoyens (un bon gros cliché populiste) ; un "ancien agent de la DGSI" qui dit essentiellement la même chose, plus précisément, mais qui est anonyme ; et Cazeneuve, qui avance un début d'élément de réponse (cette histoire de « protocole d'intervention ») que le réalisateur avait le devoir de creuser, ce qu'il n'a pas fait, laissant ainsi Cazeneuve passer pour un baratineur. Je trouve ça pas du tout génial comme procédé. Presque un genre de conspirationnisme bienséant, un conspirationnisme paré des atours de la respectabilité institutionnelle.

Je préfère retenir que ce schéma national d'intervention permettant à plus d'acteurs d'intervenir les premiers est enfin mis en œuvre.

3 J'aime

Bonjour Lucas :slight_smile:
Je suis de ton avis, cette partie me plaît moins et c'est peu dire.
J'ai partagé ce reportage car Georges Fenech et Sébastien Pietrasanta les deux rapporteurs de la commission d'enquête y interviennent et offrent un petit résumé calqué de l'enquête parlementaire évoquée plus haut :slight_smile:
Alors effectivement cette histoire de B.I est déroutante mais à aucun moment il est question de ce sujet dans l'enquête parlementaire. (enquête qui pourtant évoque moult sujets y compris les plus sensibles comme des actes tortures et barbarie, non confirmés par cette enquête)
Et j'avoue que je vois mal comment l'intervention de telle unité par rapport à une autre aurait pu apporter un avantage politique quel qu'il soit à une personnalité politique en vue d'une élection.
Un dramatique événement comme ça même bien géré est un boulet énorme. Je ne comprends pas cette fin de reportage.
Effectivement c'est ce qu'il faut retenir, des armes longues et des protections niveau IV pour les primo-intervenants permettant aux unités dotées d'intervenir en attendant la FIPN​:+1:

3 J'aime