#Bretagne 🇫🇷 Haine de la femme et viol de petits garçons dans une école catholique intégriste

Publié à l'origine sur : https://www.notrequotidien.com/bretagne-haine-de-la-femme-et-viol-de-petits-garcons-dans-une-ecole-catholique-integriste/

Etablissement catholique hors contrat, l’école Sainte-Marie de Saint-Père (Ille-et-Vilaine) vante les qualités morales de son équipe pédagogique. Des enseignants et surveillants ont pourtant été condamnés dernièrement pour agressions sexuelles et châtiments corporels sur des élèves. (…)

Les faits se sont déroulés à l’école Sainte-Marie de Saint-Père-Marc-en-Poulet, près de Saint-Malo, en Ille-et-Vilaine. C’est dans cet établissement catholique traditionaliste hors contrat géré par la Fraternité sacerdotale Saint Pie X que l’homme avait été accueilli à plusieurs reprises, invité par un frère de la communauté avec qui il avait sympathisé lors d’une retraite spirituelle. Durant ses permissions, il y jouait le rôle de surveillant et dormait à l’étage avec les plus jeunes.

« A l’époque, j’avais entendu des trucs dans la cour de récréation »

Sa technique pour appâter les garçons consistait à leur offrir des effets militaires : treillis, ceinturons, rangers… Il les agressait pendant qu’ils se changeaient : caresses sur le sexe, masturbation, fellation… « A l’époque, j’avais entendu des trucs dans la cour de récréation et j’ai su qu’il s’était passé quelque chose », se souvient Brieuc (le prénom a été modifié), un ancien élève de l’établissement. L’affaire avait éclaté suite à deux premières plaintes dans les années 2000. Guillaumo Aguilar avait été condamné à 4 ans de prison en 2010. D’autres victimes s’étaient fait connaître. La gendarmerie avait alors décidé de contacter l’ensemble des enfants en contact avec le suspect. Un travail de longue haleine. (…)

Gifles, coup de bâton, lavage de bouche au savon

Son avocate s’étonne que dans le dossier de l’école Sainte-Marie, l’établissement n’ait pas été mis en cause alors que deux enfants s’étaient confiés à des prêtres de la communauté. Selon le parquet, il n’y avait pas assez d’éléments pour « établir la non-dénonciation de crime commis sur mineur ». Aucun représentant de l’école n’a en tout cas pris la peine de venir soutenir les anciens élèves au tribunal.

Comme le rappelle le livre noir 2019 de l’AVREF (Aide aux victimes de dérives dans les mouvements religieux en Europe et à leurs familles), l’établissement connaît une succession d’abus non seulement sexuels mais aussi physiques. En 2018, deux enseignants et un prêtre ont été condamnés à 4 mois de prison avec sursis pour des châtiments corporels commis contre les élèves entre 2008 et 2011 : gifles, coup de bâton, lavage de bouche au savon… Brieuc se souvient aussi d’« un enseignant qui renversait les tables et envoyait les brosses à craie sur les élèves qui l’énervaient ».

La femme « responsable de la déchéance de l’homme »

Sur son site Internet, l’école créée en 1987 explique que le corps professoral est « constitué de 4 prêtres, de 3 frères, et d’une quinzaine de professeurs laïcs qualifiés […] Leurs qualités morales sont une garantie d’une ambiance authentiquement chrétienne et humaine. » Brieuc, lui, se rappelle surtout du mépris affiché pour tout ce qui était lié au corps. « Une douche seulement par semaine et on devait apporter notre papier toilette ». 200 élèves (garçons) sont aujourd’hui scolarisés de la maternelle à la terminale. L’internat est obligatoire au lycée. « Une manière de réduire l’influence des familles sur l’éducation », selon une source très proche de la Fraternité.

Chaque jour, les élèves se retrouvent à la chapelle pour la prière du matin, le chapelet et la prière du soir. S’ils le désirent, ils peuvent également assister quotidiennement à la messe. Les jeans et les baskets sont interdits. Le journal interne de l’école dévoile une vision passéiste de la femme. En prenant le travail, les vêtements, les sports, les exploits, le tabac de l’homme, la femme pervertie est devenue « immodeste » et trop libérée. Elle est responsable de la déchéance de l’homme qui « tombe dans l’impureté ».

Des auteurs «déconseillés à cause de leur caractère trop nettement libertin et anticlérical »

L’enseignement suit donc sa propre voie… « en France, l’Education nationale conduit les âmes en enfer », écrit noir sur blanc un abbé de l’école. « En histoire, la Bible explique que Dieu a créé la Terre en sept jours donc on n’a pas étudié la préhistoire, se souvient Brieuc. Quand on amenait un livre à l’école, il était évalué par un abbé pour voir s’il pouvait être lu ».

Il est par ailleurs « vivement déconseillé de se procurer les œuvres intégrales de certains auteurs (Montesquieu, Voltaire, Diderot, Rousseau, Zola, etc.) à cause de leur caractère trop nettement libertin et anticlérical », lit-on sur une liste scolaire. Contactée, la direction n’a pas donné suite à notre demande d’entretien. (…)

leparisien.fr

D'après le journal de l'école, la femme moderne pervertie est devenue « immodeste » et trop libérée, elle est responsable de la déchéance de l’homme qui « tombe dans l’impureté ». Et pendant ce temps, des enseignants et surveillants agressent ou violent des petits garçons. Toute la société catholique résumée en un seul établissement.

3 « J'aime »

J'ai l'impression de lire un article du XVIII ème siècle.

4 « J'aime »

-Violenter et violer des enfants
-Proscrire l'hygiène
-HaĂŻr les femmes
-MĂ©fiance Ă  l'Ă©gard des familles
-Interdire des livres

Humaine non, chrétienne, sans nul doute.

2 « J'aime »

Pauvres enfants qui ont du subir les pires sévices de la part de ces curés,et après ces cathos viennent faire des leçons de morale alors qu'ils se comportent comme des ordures, vivement que cette religion totalitaire soient remigrées en Afrique et cesse de persécuter les européens.

2 « J'aime »