Davantage de surveillance sécuritaire, c'est davantage de libéralisme

Je lis très souvent les asiles populistes affirmer que plus il y a de surveillance sécuritaire dans un pays, plus ce pays est prêt à offrir ces outils à une dictature, voire à sombrer facilement dans une dictature, quand ils ne prétendent pas directement que tout type de surveillance est une dictature.

Prenons l'exemple des caméras : le gouvernement a entrepris de placer de plus en plus de caméras pour rendre difficile la délinquance et le trafic de stupéfiants. Evidemment, les populistes brandissent les dangers de devenir une dictature ou du moins de placer des caméras qui pourront être utilisés par une dictature. Ces craintes sont absurdes et stupides.

En effet, si dictature il doit y avoir, elle n'aura aucun mal à placer en 3 jours des caméras jusque dans vos chiottes, et tout le monde s'écrasera comme c'est toujours le cas face à la coercition d'un état autoritaire. Aucun besoin de "préparer" la dictature en plaçant des caméras aux points de deal. Ceux qui agitent cette peur sont soit paranoïaques, soit idiots, soit manipulateurs, soit ils propagent sans réfléchir les craintes infondées agitées par les trois premiers.

Qu'est-ce qui fait que les gens à tous les niveaux de la société laissent s'installer une dictature ? Le désordre. Avec le chaos, on peut faire accepter toute sorte de dictature. Ainsi, le fasciste Pinochet a profité de la guerre froide et de la peur des abominables communistes pour établir son régime autoritaire liberticide. De la même façon, Hitler et Mussolini ont profité de la peur d'une révolution communiste. Les gens ont accepté n'importe quoi juste par peur d'une guerre civile et de mourir de faim comme dans les enfers communistes et leurs millions de morts. Pour éviter que les gens ne se laissent séduire par les discours autoritaires, il faut couper l'herbe sous le pied des nationaux-populistes en faisant régner l'ordre. Sans ordre sécuritaire, il n'y a pas de liberté. Par conséquent, plus une société libérale arrive à surveiller ses citoyens (tout en respectant la confidentialité de leurs informations), à combattre les réseaux de trafic humain et de trafic de drogue ainsi qu'à déjouer des attentats, plus il devient impossible pour des autoritaristes de séduire le peuple, les politiciens et les fonctionnaires avec les promesses sécuritaires qu'offrent une dictature.

Plus il y a de surveillance dans une société libérale, moins il y a de risque de sombrer dans une dictature. Le libéralisme n'est pas un laisser-faire, et les forces de l'ordre et renseignements généraux vont très largement au-delà de ce que les asiliens minarchistes appellent "les missions régaliennes de l'Etat". L'art des gouvernements libéraux consiste précisément à rendre la surveillance la plus discrète possible, à tel point qu'on oublie à qui on doit la paix dans notre société.

Il n'y a rien d'incompatible entre la surveillance sécuritaire et le libéralisme, il y a même une proportionnalité directe entre les deux. Vive la surveillance, et vive la liberté !

:pharos:

9 J'aime

On les entend toujours parler de "fichage" comme s'il s'agissait là de la pire des abominations. Comment un Etat peut-il un tant soit peu assurer la sécurité de ses citoyens sans fichiers ? Les policiers seraient censés se contenter d'un post it collé sur un coin de leur bureau pour résoudre des enquêtes ? Je rappelle que le FIJAIS (Fichier des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes), c'est aussi du fichage, et que ça a permis la résolution d'un paquet d'affaires criminelles. J'espère d'ailleurs qu'un jour, grâce au fichage mais surtout à de la volonté politique, les personnes condamnées pour crimes et délits sexuels ne seront plus autorisées à exercer de professions au contact des femmes et/ou des enfants.

7 J'aime

Tout le monde est fiché d'une façon ou d'une autre, et absolument pas juste les "fichés S". Et encore heureux ! Fiche S indique juste "sûreté de l'Etat", donc juste les individus potentiellement dangereux pour la société, ça ne signifie pas que les non-fichés S n'auraient pas de fiche, ou que les informations sur les fichés S seraient supprimées après deux ans sans comportement suspect (vu que ce délai fait disparaître le classement en fiche S).

Il est scandaleux qu'il soit impossible pour les femmes de consulter le casier judiciaire des hommes avec qui elles envisagent de vivre et de faire des enfants. L'Etat doit être en devoir de renseigner sur les accusations de violence sexuelle et les éventuelles condamnations en lien avec la criminalité sexuelle. Au lieu de ça, on cache le passé criminel des violeurs dans l'espoir que les femmes recyclent la crasse masculine et les rende meilleurs ! On parle toujours du scandale des récidives, mais on ne pense jamais à informer les femmes que les hommes qu'elles fréquentent sont des pédocriminels pouvant recommencer sur leurs enfants, par exemple.

La surveillance doit, pour ce genre de cas, s'accompagner d'un devoir d'information public. C'est de l'ordre de la sécurité de tous de savoir le passé criminel d'une personne.

Dans l'idéal, on ne doit pas les mélanger à la société, ils doivent vivre en exil sur un territoire parmi des gens comme eux. Mais la moindre des choses c'est de ne pas utiliser des innocents pour éponger la criminalité. Les citoyens honnêtes ne sont pas les serpillières censées nettoyer et recycler des criminels sans le savoir.

4 J'aime

J'aime beaucoup les messages ci-dessus et les idées qui vont avec​:heart:.

C'est vrai que je n'ai jamais compris cette réticence/inquiétude/hostilité vis à vis de ces technologies, pourquoi craindre toutes ces technologies si l'on a rien à se reprocher ?

Et il y a quelque chose que je comprends encore moins c'est de voir ces même gens s'opposer aux caméras de surveillance/aux technologies de reconnaissances faciales/comportements suspects (hooliganisme/terrorisme) et dans le même temps étaler toute leur vie sur des réseaux sociaux ou accepter les cookies par exemple. Je n'y connais rien en informatique mais il me semble que c'est une forme de "fichage" ou du moins de collecte d'informations aussi mais dans un but publicitaire, d'algorithme et tout non ? Je ne connais pas bien ça, dites moi si je me trompe.

D'ailleurs aux cause de ces gens, la Police et le gendarmerie ne peuvent plus utiliser les drones dont ils sont dotés depuis plusieurs mois car ces conservateurs ont saisi la Cnil. Ces drones étaient utilisés dans des manifestations de grande ampleur quelque soit leur nature et toutes sortes d'opérations de police pour l'observation à distance c'est quand même moins cher qu'un hélico de gendarmerie à 3000 euros la demi-heure.
Enfin avec la loi sécurité globale ça devrait résoudre le problème pour les drones​:+1::ok_hand:

3 J'aime

Pendant des années les gens ont donné des informations exactes à facebook et on ne les entend jamais râler quand les administrations forcent à la publication des adresses personnelles des auto-entrepreneurs etc.

C'est fou, attaquer l'État via la CNIL pour les drones, ce niveau de polface est impressionnant. Je ne les entend pas gueuler sur l'absence de réseau social public officiel où on garantisse à tous une parole publique officielle dénuée de censure politique.

:+1: marre de l'anarchisme à deux balles. J'espère qu'un jour on leur livrera un territoire pour vivre entre anarchistes. Ah merde, il y a déjà eu la Somalie pour ça de 1991 à 2012, sans aucun gouvernement central. Bizarrement, ça n'a pas eu l'air de les attirer :man_shrugging: sûrement parce qu'il fait trop chaud là-bas, va savoir !

1 J'aime

La police doit disposer de tous les moyens modernes que ce soit les drones, les caméras de surveillance ou les fichiers informatisés pour assurer la sécurité publique, car si l'anomie et le chaos règne les individus ne sont plus libres

1 J'aime

Ca ne m'étonne pas que le lobby conservateur se soit opposé à l'utilisation des drones, alors que les drones peuvent permettre à la police de faciliter le travail des policiers car ils ont un rayon d'action qui est plus important qu'un être humain,puis en plus leurs réactions sont totalement hypocrites ils ont tous un profil facebook où ils donnent toutes leurs infos personnelles mais quand c'est l'état ils hurlent à la dictature, qu'ils aillent en Corée du Nord ou en Chine ils verront ce qu'est une vraie tyrannie.

1 J'aime

Sans désapprouver le propos, j'ajouterais que respecter la confidentialité des informations de ses citoyens est un gros morceau. En France les administrations sont encore très loin de savoir s'y prendre. Juste avant, je venais de tomber sur ça  :

Et quelques jours plus tôt, on découvrait que la conception technique du pass sanitaire faisait courir des risques inutiles à des données d'une nature pourtant super-sensible.

Moralité : la surveillance sécuritaire des détenteurs de nos données personnelles doit aussi être encouragée !

La RGPD est un pas dans la bonne direction, mais il faudra aller plus loin.

2 J'aime

Ah, les populistes qui se plaignent d'être trop surveillés, mais qui ne veulent pas assurer leur propre sécurité avec le port d'arme citoyen.... On est pas à une dissonance cognitive près.

Non seulement plus il y a de surveillance mieux c'est, mais en plus les citoyens eux mêmes devraient être acteurs de cette surveillance : port d'arme citoyen, Initiation à Pharos...
Je crois que Dantec disait que les gens devaient utiliser leurs téléphones comme caméra, pour plus de transparence et de sécurité.

3 J'aime

Tous les jours il y a pourtant des gens qui se font ficher par les réseaux sociaux, et virer de ces mêmes réseaux alors qu'ils n'avaient rien à se reprocher pendant que les harceleurs de Mila étaient signalés en masse sans suite.

Exactement, on n'aurait pas besoin de surveillance avec le port d'arme et la surveillance exercée par les citoyens eux-mêmes, ce qui responsabiliserait certains d'entre eux qui veulent toujours plus de droits sans devoirs. Encore une agression à l'arrêt de bus aujourd'hui, en rentrant du boulot. Depuis un mois, c'est le 4ème problème pendant mes déplacements.