Déchristianisation de la langue

Il y a une expression qui m'agace de plus en plus, c'est "remettre l'église au centre du village". Comme si on rétablissait les choses avec une église, alors que c'est le contraire. Le christianisme est une anomalie récente dans notre histoire.

4 J'aime

Ah c'est atroce, je pensais que c'était juste un slogan politique pourri par les chrétiens conservateurs. Je ne l'ai jamais entendu autrement, heureusement pour mes oreilles.

Je propose de remplacer toutes les interjections de choc comme "Oh mon Dieu" ou "Mon Dieu" par "Foutredieu" et "Mordieu" qui sont plus colorées. Dans le sens "Que dieu aille se faire foutre" et "Mort à dieu", pas dans le sens "par le foutre de dieu" ou "par la mort de dieu".

3 J'aime

C'est peut-être juste un slogan, en effet. Je le lis depuis quelques temps mais c'est de plus en plus souvent. Peut-être veulent-ils créer l'expression?

Après vérification, c'est bien une expression commune à plusieurs pays. La langue aussi a été pervertie.

1 J'aime

C'est comme les termes pourris de virginité, de vertu dans le sens sexuel, d'abstinence. Après 2000 ans, le dictionnaire est à déchristianiser.

1 J'aime

Oui j'ai vu que c'était censé être une expression, mais je ne la retrouve que chez les dévots tarés du seigneur, peut-être qu'ils ne sont arrivés à en faire une expression que dans les livres prétendant présenter les "expressions populaires".

Concernant la virginité, elle signifiait "ne pas avoir d'enfants" à l'origine, il y a de nombreuses pistes qui laissent penser ça. Il y a aussi une idée d'insoumission. Le sens a été perverti par les chrétiens obsédés par savoir si la bouteille a été décapsulée ou pas, quelle bande de tarés.

Vraisemblablement, ça ne désigne pas originellement "intouchée sexuellement" mais ça désigne la jeune fille vigoureuse : en ancien français on dit virgine, ça vient du latin virgo (pl virgines), ça vient à tous les coups de vir et gyne, donc la vigueur féminine, la jeunesse, la force et l'indépendance.

C'est le néopatriarcat chrétien qui a imposé le mariage à vie avec interdiction de divorce, et la chasteté avant. À tous les coups dans les paléopatriarcats, c'était une donnée qui pouvait compter pour faire augmenter sa cote de mariage, mais il n'y avait pas d'obligation de chasteté aussi explicite que dans le christianisme et sa charia. Virgo en latin désigne la jeune fille, la fille ou la femme non-mariée, et le mot a pu désigner une femme exceptionnellement vigoureuse quand elle s'est affranchie par le veuvage de la tutelle maritale. Mais il est devenu difficile de discerner le sens de "vieille fille" du sens de "femme vigoureuse ayant gardé son indépendance". C'est évidemment le second sens qui domine pour les déesses Diane, Minerve et Vesta.

Dans les Métamorphoses d'Ovide, livre IV, vers 753-789, en parlant de Persée :

Dis tribus ille focos totidem de cæspite ponit :
Lævum Mercurio, dextrum tibi, bellica virgo ;
Ara Jovis media est. Mactatur vacca Minervæ,
Alipedi vitulus, taurus tibi, summe deorum.

Donc en parlant de sacrifices à Jupiter, Mercure et Minerve, il désigne Minerve comme la bellica virgo, la vierge de la guerre. Vierge n'est absolument pas là une marque de fragilité et de "pudeur" imposée aux femmes par les malades mentaux chrétiens.

Au XVe siècle, la prise en otage du mot "virginité" est opéré depuis un moment, alors Jeanne d'Arc est désignée par ses contemporains comme la Pucelle d'Orléans, justement pour bien préciser qu'ils ne font pas référence à son ignorance sexuelle mais à sa vigueur de jeune fille, le latin puella voulant clairement dire jeune fille.

Bref, les chrétiens ont petit à petit volé tous les mots qui permettaient de vanter la vigueur d'une femme. Il n'existe aujourd'hui plus que le mot virilité désignant donc la vigueur masculine. Du coup, que fait-on, comble du comble, depuis que successivement tous les mots désignant des femmes fortes ont été défigurés dans la langue ? On dit d'une femme courageuse qu'elle est "virile", qu'elle a "plus de couilles que les hommes". Pouah. C'est étymologiquement stupide, on est dans le virilisme lexical chrétien (virilisme = l'accaparemment des vraies valeurs au profit des seuls hommes), donc toujours à agiter une compétition ridicule et fantasmée entre homme et femme, comme si le courage était interdit aux femmes féminines, comme s'il fallait systématiquement faire insulte à la féminité de toute femme qui brave les limites qu'on a imposé à son sexe. On utilise alors, plus ou moins inconsciemment, des mots qui font de la femme remarquable un contre-exemple, un phénomène de foire, une femme à la féminité niée. On dit de la femme remarquable qu'elle est masculine, non-conforme, presque monstrueuse.

Pour déchristianiser le vocabulaire, il va falloir reconquérir certains mots en ignorant la bave des ignorants et en les renvoyant à des pages qu'on écrira sur le sujet. On peut les renvoyer à ce topic pour commencer. On ne pourra rien gagner avec le dictionnaire de nos ennemis. Garder leur lexique, c'est garder leur paradigme, donc ne rien changer.

5 J'aime

Incroyable ! Passer de la femme vigoureuse à la femme fragile et soumise. Quel degré de haine des femmes il a fallu. Merci d'avoir remis les choses à leur place par ces informations.

3 J'aime

L'expression Bellica Virgo qu'emploie Ovide dans son texte à propos de Minerve est un très bel hommage rendu aux femmes, on est loin du christianisme qui passe son temps à les dévaloriser.

1 J'aime

Mais oui ! Parfois les mots nous manque et si je lâche un "mon dieu" Je me sens con, j'aime bien dire bordel de dieu mais parfois c'est un peu trop vulgaire selon les personne. Foutredieu j'aime bien ! Satanédieu me vient à l'esprit aussi :grinning_face_with_smiling_eyes:

1 J'aime

Dieu n'y étant pour rien, je vais préférer mortéglise et foutréglise.

1 J'aime

Ma mère quand elle s'énervait lâchait des « nom de Zeus », ça présente l'avantage de venir assez facilement se substituer à dieu-Yahvé :grinning_face_with_smiling_eyes:

1 J'aime

Je n'ai pas entendu cette expression. Elle est dérivée d'une autre, qu'employait ma mère : "Reste pas là, planté comme l'église au milieu du village !" Parce qu'effectivement, l'église - comme les temples romains, du reste (les Gaulois avaient tendance à mettre les sanctuaires à l'écart) était associée au pouvoir local. La justice féodale se rendait souvent sur le parvis, et au Portugal, le symbole de la Justice qu'est le pelourinho (le pilori), colonne où on accrochait les contrevenants, les exécutés ou les membres coupés des condamnés, est toujours devant l'église.

Oui, mais sans doute disait-elle "Nom de Zeus !" pour ne pas commettre un blasphème avec "Nom de Dieu !" en respect du très menaçant 4e commandement : "Tu n'invoqueras point le nom de l'Éternel, ton Dieu, en vain, car l'Éternel ne laissera point impuni celui qui invoque son nom en vain".

Pour désigner une femme de caractère (avec le physique afférant), les Allemands disent "Eine Walküre", une Walkyrie. En français, nous avons quand même le terme "matrone", ou "maîtresse femme", qui n'est péjoratif que dans le jugement qu'on porte habituellement, mais pas de fait. D'un autre côté, le culte des Vestales, vierges sacrées, enterrées vives en cas de relations sexuelles avec un homme, était tout de même au centre de la religion romaine. La virginité, répandue dans presque toutes les cultures, est le corolaire de l'eugénisme : avoir un utérus pur afin de donner une descendance adéquate. Jadis on croyait à ce qu'on appelel l'"imprégnation", c'est-à-dire qu'avoir un rapport sexuel avec un non-noble, par exemple, même s'il n'y avait pas de fécondation par la suite, donnait naissance à des bâtards. Les éleveurs de chiens du XXIe siècle eux-mêmes y croient aussi !

2 J'aime