#FreeBritney Britney Spears révèle comment elle a été dépossédée de sa propre vie pendant 13 ans

Je ne sais pas si vous avez suivi le mouvement #FreeBritney, qui a longtemps fait sourire les gens, mais qui s'avère avoir vu juste. Récemment, Britney Spears a témoigné devant un juge du calvaire qu'elle a vécu pendant 13 années. En gros, elle a été placée abusivement sous curatelle, donnant les pleins pouvoirs à son père tyrannique. Elle raconte les traitements chimiques inadaptés qui lui ont été imposés, le travail forcé, la destruction de son intimité. On découvre aussi qu'elle ne disposait pas du tout de son propre argent, qu'elle ne pouvait même pas engager un avocat pour sa défense, et qu'elle était contrainte de payer l'équipe juridique de ses persécuteurs, ce qui représente des sommes astronomiques.

Je n'ai pas le temps d'approfondir le sujet en ce moment, mais c'est très intéressant, tant du point de vue de l'autognose que du féminisme occidentaliste. Quand on lit le témoignage de Britney, on voit à quel point une personne peut être dépossédée d'elle-même. Des fans ont traduit son témoignage, disponible ici.

Ce n'est vraiment pas juste une histoire de potins de stars. C'est beaucoup plus profond que ça. C'est à se demander si Britney a vraiment eu des troubles psy. Je veux dire, ses "coups de folie" et son usage d'alcool semblent être finalement des réactions assez saines face à une situation totalement délirante et violente. Il y a également quelque chose de terrifiant dans le fait que même avec toutes sortes d'avantages (argent, notoriété, beauté, talent...), Britney était privée de ses droits élémentaires. C'est vertigineux de voir à quel point une personne étiquettée malade mentale (selon des critères très discutables, sans tenir compte de sa situation, et selon un prisme qui définit comme "normales" des choses franchement démentes) peut être deshumanisée par les personnes ayant autorité sur elle.

Il y a aussi beaucoup à dire sur la signification féministe de l'affaire Britney. A l'époque où Britney est devenue célèbre, elle a subi une haine misogyne hallucinante, y compris de la part de certaines femmes (chrétiennes conservatrices). A travers l'histoire de la chanteuse, on voit comment dans l'Occident encore très fortement marqué par le réductionnisme sexuel chrétien et la haine chrétienne du corps, beaucoup de personnes sont encore incapables de comprendre qu'une femme sensuelle et jolie puisse simplement exister pour elle-même et puisse mériter le respect.

J'ai halluciné en lisant cet article :

Britney Spears a 10 ans quand elle débarque de Kentwood, Louisiane, bourgade au coeur de la Bible Belt, pour tenter sa chance sur le plateau de Star Search. Elle y performe une interprétation devenue légendaire de Love Can Build a Bridge, sa voix puissante et parfaitement maîtrisée d'autant plus impressionnante au vu de son jeune âge.

Pourtant, ce n'est pas sur sa passion évidente pour la musique, l'école ou sa famille que l'interroge le présentateur septuagénaire Ed McMahon, sorte de Jacques Martin avec lunettes à double foyer. Non, lui, ce qui l'intéresse, c'est si elle a un amoureux. Soupir. Et lorsqu'elle répond que "non", parce qu'ils "sont méchants", il lance : "Et moi, je peux devenir ton petit copain ?" La jeune fille reste interdite, puis réplique : "Et bien, ça dépend", visiblement désarçonnée face à une telle question, inconfortable au possible.

Elle ne se doute certainement pas, à ce moment-là, que son quotidien en sera pavé, de remarques du genre. Et que plus elle grandira et s'émancipera, plus on s'acharnera à l'infantiliser, à culpabiliser sa sexualité, à l'humilier comme on ne l'aurait jamais fait avec un homme. Qu'on traquera ses moindres faits et gestes, mettra en doute sa capacité à être une bonne mère, se moquera de ses failles, stigmatisera ses troubles de santé mentale.

Qu'on en voudra toujours plus, accuse à juste titre le film. Voire qu'on déclarera publiquement vouloir la tuer.

"Si je pouvais tirer sur Britney Spears, je le ferais"
Avance rapide jusqu'en 2003, Britney Spears passe devant les caméras de Diane Sawyer, intervieweuse phare des années 90-2000 apparemment étrangère au concept de sororité. La chanteuse vient de rompre avec Justin Timberlake et subit de vives critiques quant à sa supposée responsabilité dans l'issue de leur romance. Ce sur quoi la journaliste s'attarde, lui demandant avec insistance ce qu'elle "a fait" pour rendre le pauvre Justin si malheureux. Lui, se vante au même moment sur une station de radio d'avoir "baisé" la jeune femme, sous les rires gras des invités et animateurs. Malheureux, on vous dit. (A noter que sous l'insistance des fans, le chanteur s'est excusé le 12 février dernier).

Dans le même entretien, Diane Sawyer lit à l'artiste un commentaire à peine croyable de l'épouse du gouverneur du Maryland, Kendel Ehrlich. "Vraiment, si j'avais l'opportunité de tirer sur Britney Spears, je crois que je le ferais", avait-elle osé publiquement avant de se rétracter. "C'est horrible. C'est vraiment terrible", réagit Britney Spears, atterrée. Son interlocutrice, née avant la honte, justifie sans ciller : "C'est à cause de l'exemple donné aux enfants, du fait que c'est difficile pour les parents de les tenir éloignés [de vos apparitions]", lâche-t-elle.

Quand je regarde Britney, je vois une Aphrodite suppliciée par une société au cerveau bousillé par le triptyque chrétien de la maman, la sainte et la putain. Quand je vois comment Britney a été trainée dans la boue au cours de sa vie, je me dis qu'il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour que la culture occidentale guérisse du réductionnisme sexuel chrétien. L'histoire de Britney s'inscrit dans la continuité du XIXe siècle, grand moment de réaction chrétienne où les femmes ne se conformant pas au moule sexuel défini par la charia chrétienne étaient étiquetées "hystériques", internées de force et maltraitées (parfois même excisées).

Ce que je dis sur cette affaire part un peu dans tous les sens et il y a beaucoup de choses à approfondir. Je le ferai une fois que j'aurai digéré toutes les informations. N'hésitez pas à partager vos réflexions, impressions et informations dans ce topic.

14 J'aime

Il y a quelques mois, surprise par l’apparition de ce mouvement, j’ai visionné la vidéo d'une youtubeuse, Victoria Charlton, sur le conservatorship de la chanteuse. Elle y a abordé le fameux épisode du rasage de tête : Britney Spears aurait expliqué à une tatoueuse qu’elle avait fait cela car elle en avait assez qu’on lui touche les cheveux en permanence, sans son consentement. Ça m'a beaucoup marquée. Elle cherchait une manière de se réapproprier son corps dont elle était dépossédée.

Je ne me souviens plus de l’intégralité de la vidéo mais il y avait tant de choses édifiantes. On pouvait facilement pressentir que le mouvement FreeBritney était loin d'être basé sur des élucubrations, il était même très proche de la vérité .

Addendum : La vidéo en question
Le conservatorship de Britney Spears

9 J'aime

D'ailleurs, à l'époque de son rasage de crâne, j'avais halluciné du scandale que ça avait suscité. Je ne comprenais pas qu'on s'excite comme ça sur une simple coupe de cheveu pas spécialement plus excentrique que ce qu'on avait l'habitude de voir. J'avais aussi trouvé étrange qu'on la dépeigne comme une démente complète, alors que ça me semblait un peu logique qu'une personne poursuivie par les paparazzis toute jeune puisse avoir un coup de sang. Visiblement, ce qui avait choqué, c'était qu'elle se réapproprie son corps.

7 J'aime

Il faut de la lucidité et un esprit sain pour saisir avec justesse cette évidente relation de cause à effet. C'est là qu'on se rend compte que beaucoup d'individus présentent un déficit émotionnel pour être incapable de percevoir de telles évidences, pour ne pas se mettre un tant soit peu à la place de la chanteuse.

Le traitement dont Britney Spears a été la victime est similaire à celui réservé aux victimes de harcèlement, d'agressions ou même de viols, et développant des réflexes de survie ou révolte sans être traversées par le moindre problème psy. Certains ne comprendront d'ailleurs jamais les réactions de Aline Dessine....

Même quand il y a des preuves manifestes de symptômes du stress Post-traumatique, les personnes sont alors considérées comme folles, ou on retourne ça contre elles.

Très juste !! Ce n'est d'ailleurs pas comme si les styles atypiques n'existaient pas à cette période. La chanteuse Pink, par exemple, était bien loin de la vision normative accolée à la figure de la chanteuse pop. Britney Spears n'avait juste pas le droit de sortir de la petite case qui lui a été préparée.

5 J'aime

Toujours cette manie que certains ont d'associer à l'archétype de la diva mégalomane une décision prise "sur un coup de tête", alors qu'un coup de tête apparent peut suivre une très longue période où on y réfléchit, et qu'en plus les meilleures décisions d'émancipation des tutelles dégueulasses se font sur des coups de colère. Ce qu'ils n'aiment pas, c'est juste la rébellion et les signes d'alerte. Ils font passer ça pour un caprice alors qu'on apprend de plus en plus l'envers du décor... Toujours les habituels réflexes de gaslighting quand une femme a un comportement qui risquerait de faire comprendre qu'un truc cloche dans son environnement masculin. Les symptômes des abus en tous genres sont ici traités comme des caprices de princesses hystériques. Toujours les mêmes méthodes de groomeurs, et tant de gens y ont participé volontairement ou non.

Je crois qu'elle a dû beaucoup déplaire aux conservateurs embusqués du showbiz, qui ont profité d'elle tout en s'adaptant à ce qu'ils considèrent être "les valeurs actuelles", excuse pour tirer vers le bas des personnes talentueuses, et tenter de montrer d'eux une image superficielle même quand ces stars ne le sont pas.

6 J'aime

Étant tombée dans la marmite de la musique Métal dès mes 10 ans, je ne m'étais jamais intéressée à la musique pop Mainstream, et encore moins à la presse people....

Et puis il y a quelques semaines, j'ai découvert cette vidéo de Seb la Frite qui parle de la vie de Britney et de l'affaire FreeBritney. Je vous enjoins à la regarder, c'est un reportage très complet : https://youtu.be/0ul9oWHw5Ws

Ce que cette femme a vécu est tout simplement hallucinant. Première super star mondiale de la musique à seulement 17 ans, première chanteuse à oser casser les codes conservateurs des femmes publiques, première chanteuse à poser son étoile sur le hall of fame... Et première femme victime des paparazzis, de la presse à scandale, de la justice abusive, et j'en passe.

C'est simple, le fait qu'elle soit encore en vie et saine d'esprit aujourd'hui après tout ce qu'elle a vécu tient du miracle.

Là où je suis optimiste, c'est que ce que l'on tournait en ridicule à l'époque de Britney Spears, on le prend beaucoup plus au sérieux maintenant depuis les affaires balance ton porc.

8 J'aime

"Faire travailler quelqu'un contre sa volonté, lui enlever tous ses biens - carte de crédit, argent, passeport, téléphone - et le placer dans une maison où il travaille avec les personnes qui vivent avec lui. Ils vivaient tous dans la maison avec moi, les infirmières, la sécurité 24h/24 et 7j/7. Il y avait un chef qui venait et qui cuisinait pour moi tous les jours pendant les jours de la semaine. Ils me regardaient me changer tous les jours - matin, midi et soir. Je n'avais aucune intimité, de ma chambre." (via la traduction disponible sur le deuxième lien)

Je dirai même qu'elle a fait montre d'une force mentale épatante, d'une résistance incroyable pour quelqu'un considéré de fragile. Quand j'ai lu qu'elle n'avait plus d'intimité, qu'on lui a collé des inconnus pour la surveiller, en permanence, je pense que j'aurais blessé quelqu'un, et pas au bout de 13 ans.

5 J'aime

Oui il y a un vrai tournant dans le traitement du cas Britney. Il y a aussi eu un documentaire intitulé "Framing Britney" qui a présenté une enquête sérieuse sur le sujet et qui a eu un grand retentissement.

5 J'aime

Exactement

1 J'aime

Pareil je pensais que ce n'était que des histoires de gossip et c'est ce docu amazon ou j'ai découvert la réalité. Je suis probablement une grosse fragile mais ça me touche beaucoup de voir la mobilisation, même si c'est attendu puisque c'est une star, le soutien populaire pour une jeune femme victime d'abus de sa famille c'est beau et ça montre clairement une inclinaison des occidentaux, au moyen orient quand ils coincent un navire dans un fleuve la mobilisation nationale consiste à accuser la seule femme capitaine de tout le pays qui a réussi à mener carrière avec des abrutis pareils lol.

7 J'aime

Moi aussi je n'avais pas compris tout le scandale autour de son rasage de tête, alors qu'il était flagrant qu'elle avait le droit à un "craquage". Je m'en souviens, c'était comme ci c'était un crime, il fallait absolument qu'elle soit hystérique, folle. La misogynie de la société était lors de cet épisode, flagrant.

D'un autre côté, je me souviens aussi du "Come Back" réussi de Britney, je me souviens avoir été heureuse de voir l'annulation de toutes ces précédentes attaques. Malheureusement, j'ai l'impression que ça correspond à la période où elle était enfermée.

6 J'aime

Les abrutis :joy::sob::sob: Je viens de faire une recherche sur le sujet et je découvre que cette femme a vu son nom traîné dans la boue en Egypte alors que le vrai responsable, de sexe masculin, a été protégé 🤦 https://www.google.com/amp/s/amp.parismatch.com/Actu/International/Marwa-Elselehdar-premiere-femme-capitaine-de-navire-en-Egypte-accusee-a-tort-du-fiasco-du-canal-de-Suez-1732199

2 J'aime

Pareil 🙋 Franchement ça m'a bouleversée et je pense qu'à terme ça pourra contribuer à une prise de conscience concernant ce que vivent beaucoup de personnes ordinaires victimes de ce genre d'abus cauchemardesques. On est encore loin d'y parvenir, d'autant que la psychiatrie n'en est encore qu'à ses balbutiements, mais c'est toujours réjouissant de voir une prise de conscience s'amorcer

6 J'aime

Hahaha me sens moins seule à avoir sorti ma larmichette, elle ouvre la voie pour beaucoup de monde effectivement, c'est la première fois que je ne vois pas plein de commentaires pr dire que quand même c'est son père etc, la sacralisation malsaine des liens toxiques avec la famille pour les victimes d'abus est en train de disparaitre avec la fin du christianisme.

Hors sujet mais c'est aussi très bien les live tweets, je pense à celui du procès bacot, on a vu les balbutiements honteux de la mère de Valérie qui tentait de justifier comment elle l'amenait chez son violeur.

La justice se montrera de moins à moins hésitante à faire son travail si elle sent aussi une condamnation forte de la population de ces parents qui n'en sont pas mais bénéficient de l'aura christique du géniteur ou de la génitrice.

4 J'aime

Bonsoir à tous,
J'ignorais complètement cette affaire n'ayant jamais suivi la presse People, et n'étant pas fan de Britney Spears. Je vais m'y intéresser un peu plus, merci pour le compte rendu et le partage.

Je veux juste partager un petit souvenir avec vous :
C'est très factuel, pas hyper intéressant mais révélateur de la haine provenant de n'importe qui dont pouvait être victime cette femme.
J'étais jeune adulte (2007/2008 sans doute, peut être même un peu avant), je me souviens que Britney Spears faisait une apparition dans le film Fahrenheit 9/11 de Michael Moore (que j'avais vu d'ailleurs) dans lequel en répondant à une interview, elle affirmait faire confiance au président Bush.
Et à l'occasion d'une "affaire Britney" (rasage de tête ou autre j'en sais rien, je ne suivais pas cette actualité people). J'entendais des jeunes hommes de mon âge gravitant autour de qq amis que nous avions sans doute en commun dire que c'était "bien fait etc" car elle "supportait Bush" et qu'elle vendait "du sexe pas de la musique".

Il y avait d'ailleurs un épisode de South Park (ça vaut ce que ça vaut je sais) traitant de Britney Spears, de mémoire on y voyait son rasage de tête, l'harcelement médiatique, épisode où elle se tire un coup de fusil dans la bouche pour en finir tellement tout le monde est sur son dos. Cet épisode doit avoir au moins 15 ans. Ça n'était en fin compte pas si caricatural que ça. Pauvre femme, j'espère que tout s'arrangera très vite pour elle. Merci pour le partage :+1:

6 J'aime

Cette histoire est surréaliste :scream:
Je ne me suis jamais intéressé à Britney Spears au delà d'écouter ses chansons qui passaient à la radio. Je ne m'imaginais pas qu'une chanteuse d'un tel calibre pouvait être traitée comme un genre de succube folle à lier, sans aucune raison valable. Mais en plus avec cette tutelle, elle a été traitée à à peine mieux qu'un objet de grande valeur et moins bien qu'un animal domestique. Elle était constamment surveillée, sans intimité, une moins que rien. On lui a même interdit de retirer son stérilet pour avoir un enfant, comme si c'était une chienne dont on ne veut pas de petits, c'est vraiment atroce.
C'est bien la preuve que dès que les conservateurs et leurs « valeurs » ont de l'emprise, même au XXIème siècle, ils peuvent rendre la vie infernale à une superstar qui dépasse les bornes de leur « morale ». Heureusement que ses fans sont là pour la soutenir et que les mentalités évoluent.

J'espère qu'elle aura vite gain de cause et que tous ceux qui lui ont fait du tort finiront derrière les barreaux :+1:

7 J'aime

L'exemple de Britney montre qu'il est faux de prétendre "que tout est question de classe sociale, car une femme riche et puissante aura toujours plus de pouvoir qu'un homme moins puissant" en théorie son père est moins puissant, mais il a réussi à lui interdire d'avoir un avocat, je me demande même comment c'est possible au Etats-Unis. Les droits naturels des personnes ayant des troubles ne effectivement pas respecter.

Cela nous renvois à d'autres sujets, mais j'ai appris il y a peu qu'à la grande époque des stérilisations forcées en Amérique du Nord, a l'insu des femmes par certains gynécologues, une simple dyslexie pouvait être un motif de stérilisation.

5 J'aime