"Gardez votre garçon à l'école" (au lieu de le réquisitionner aux champs) - pub de 1921

"Gardez votre garçon à l'école" (au lieu de le réquisitionner aux champs). Une publicité de 1921 pour des tracteurs nous rappelle l'étendue des progrès sociaux accomplis grâce aux progrès techniques, notamment dans le domaine agricole. Ne soyons pas nostalgiques de l'époque où l'essentiel des prolétaires d'Europe vivaient en communautés paysannes soudées autour des travaux agricoles. Il s'agissait là avant tout d'un mode de vie dicté par un objectif de survie dans un contexte de rareté et précarité des ressources (et d'asservissement général).

A l'heure où la frange christique repentante des écologistes réclame le retour aux champs des prolétaires européens, ce genre de rappel ne fait pas de mal.

10 J'aime

J'ajoute aussi une chose. On a certes raison de pointer le fait qu'il faut se battre pour conquérir les progrès sociaux, et pas seulement laisser les choses se résoudre d'elles-mêmes en comptant sur les progrès techniques. Mais il ne faut pas non plus sous-estimer combien le progrès technique/scientifique rend possibles des évolutions sociales auparavant impensables. Un professeur m'a un jour expliqué que l'électroménager n'avait joué aucun rôle dans la libération des femmes. Je n'en suis pas certaine. Je crois que ce sont là les paroles de quelqu'un qui n'a aucune idée de ce que ça représente en temps et énergie de faire la lessive d'une famille entière à la main, d'entretenir un poële et de gérer des stocks alimentaires sans frigo ni conditionnements modernes. Les luttes politiques sont indispensables et non substituables, mais ne minorons pas l'importance des évolutions techniques.

10 J'aime

On a pu penser à arrêter l'esclavage parce que la machine à vapeur à été inventée.

Je ressors toujours cet exemple quand quelqu'un me raconte que le progrès social est arrivé parce que les humains seraient devenus plus moraux, comme par magie.

8 J'aime

Bon exemple aussi, oui ! Les deux marchent ensemble comme deux jambes.

3 J'aime

Et même avant, avec le passage des galéasses (rames + voiles) aux galions, premiers vaisseaux de ligne, sans rames et à voiles avant carrés au début du XVIIe siècle.

La galéasse avait plus de 1000 esclaves ("forçats", pour l'euphémisme) rien que pour les rames, alors qu'en retirant les rames on a besoin de beaucoup moins de moteurs humains enchaînés, et donc de moins de nourriture, ce qui rend plus facilement possible les longues distances avec un équipage réduit et suffisamment d'eau et de vivres, le début de la marine moderne.

Mais bon, les conservateurs pourraient nous dire que ce progrès technique délétère a empêché la splendide tradition des camps de concentration flottant... depuis, les forçats se promènent parmi nous, décadence :crazy_face: tralala.

5 J'aime