🇫🇷 Le candidat musulman Anasse Kazib veut carrément supprimer la gendarmerie

Publié à l'origine sur : 🇫🇷 Le candidat musulman Anasse Kazib veut carrément supprimer la gendarmerie

Le candidat à la présidentielle musulman Anasse Kazib veut supprimer la gendarmerie, la BAC, la BRAV, les CRS… et faire assurer la sécurité par la population elle-même.

Anasse Kazib est un syndicaliste franco-marocain de 34 ans, de confession musulmane, désigné pour représenter Révolution Permanente, un parti d’extrême gauche trotskyste révolutionnaire.

Voici un extrait de son programme :

1 J'aime

Je crois que la proposition 5 est encore plus fasciste et plus timbrée que le démantèlement des services de terrain. « Faire en sorte que la sécurité soit assurée par la population elle-même », ça rappelle beaucoup l'idée d'une milice, et ça traduit une ignorance abyssale de ce qu'est la police par essence depuis 1789 : une force publique. Disposer d'une police, c'est déjà une population qui assure elle-même sa sécurité. Sinon c'est une force étrangère d'occupation, des services de sécurité privés, ou des trucs dignes de l'Ancien régime sans séparation des pouvoirs. Cet hébété propose en somme de détruire ce qui existe déjà pour réinventer la roue tout de suite après sans dire comment.

J'avais commencé cette réponse en écrivant "Reconnaissons-lui le mérite de la radicalité très claire...", mais même pas... C'est à la fois fascisant, démagogique et parfaitement vaporeux. À peu près tout ce qu'il y a de pire dans le gauchisme.

4 J'aime

C'est clair ! La dernière proposition est la plus démente. Merci pour le rappel historique que tu as fait. J'ajoute qu'on a ici une bonne dose de virilisme anarcho-gauchiste : il imagine qu'il suffit de donner les pleins pouvoirs aux mecs de sa bande/meute/tribu/race/classe/autre, sans aucun contrôle, aucune règle formalisée, aucun contrepouvoir, pour que tout se passe bien. C'est toujours ce même fantasme qui se cache derrière les appels à "defund the police", et évidemment, quand ce genre de fantasme se matérialisme, ce sont toujours les mêmes qui trinquent : les démunis, les marginaux, les femmes, les enfants, les solitaires et les personnes jalousées, qui à la première occasion, servent de défouloir collectif, faute de disposer d'une meute pour les défendre. Notre système policier actuel est imparfait, mais au moins, il y a des organes de contrôle, des enquêtes, des interlocuteurs vers qui les gens victimes d'abus peuvent se tourner. Bref, on a entre nos mains tous les outils pour faire en sorte que la population puisse un jour faire vraiment confiance à sa police.

6 J'aime

:clap::clap::clap:

1 J'aime

:+1:t2: c'est vraiment un digne héritier des psychopathes blancs de la gauche profonde, il a tout de leur énergie fascisante et sinueuse. Il a l'air d'être à la gauche ce que Zemmour est au conservatisme, mais dans le silence des médias, sans bénéficier de toute la surexposition médiatique financée plus ou moins directement par les millionnaires et milliardaires catholiques du pays (comme le milliardaire qui a racheté toutes les maisons d'édition qu'il a pu en réaction à l'exclusion de son poulain fasciste).

2 J'aime

Ce genre de propositions me rappellent celles de la "concertation citoyenne" ou du "parti du vote blanc" : Il faudra déjà commencer à nommer très clairement qui sont ces citoyens et quelles seront leurs modalités d'action.

A chaque projets industriels présentés à des habitants, très vite, on se rend compte que ce sont des groupes politiques et associatifs rompus à l'exercice, connaissant parfaitement le jargon, les méthodes, avec un vrai "savoir-faire" militant, qui prennent le relais à des riverains largués, et finissent par phagocyter tout dialogue avec les élus et les industriels. De la même manière, le parti du vote blanc, et tout ceux qui y souscrivent avec grand enthousiasme, savent ce qu'ils font : le flou artistique leur sera profitable car ils ont déjà le matériel militant pour prendre les rênes d'un système supposé donner la parole à tous mais qui requiert des individus un investissement que le plus grand nombre ne peut se permettre sur des sujets aussi larges et complexes.

Ce que réclame avec ruse et astuce Anasse Kazib est du même ressort : les modalités de désignation de la "population" sera extrêmement vague, et les modalités pour qu'elle assure la sécurité également : c'est la porte ouverte au phagocytage de groupuscules et gangs mafieux qui seront ravis de faire ce travail, qui nécessite du temps et de l 'investissement, pour en verrouiller l'accès au quidam. Tout fascistes et communistes le savent pertinemment mais ont l'intelligence de prétendre le contraire. D'ailleurs, je note que la notion de port d'arme citoyens n'a pas été clairement évoquée : c'est simple, ce n'est pas ce qu'il veut.

Addendum : Soutenu par RĂ©volution Permanente. Bon c'est pas une surprise, mais la messe fasciste gauchiste est dite.

4 J'aime

Oui, ces gens veulent avoir les leurs dans des milices armées avec des privilèges, pas que les gens puissent se défendre. Imaginez devoir porter plainte à une milice locale façon syndicat communiste :rofl: le niveau de putréfaction du pays serait impressionnant.

C'est assez simple : les révolutionnaires présentent des propositions anarchistes pour se faire passer pour des hippies, parce qu'ils savent bien que la police est un obstacle à leur prise de pouvoir. Donc sur ce point, ils sont réformistes, sur la substance ils restent toujours des révolutionnaires avec leur soif de sang et de dictature.

4 J'aime

La proposition 5 de son programme est complètement débile et démagogique, en gros ce gars veut des milices privées pour assurer la sécurité pour un gars qui se dit antilibéral c'est pas très cohérent, et puis les conséquence concrètes de cette proposition on les a vus aux Etats- Unis avec la CHAZ de Portland où l'insécurité a explosé, et avec toutes les populations du tiers-monde qui s'entassent en France, le pays ressemblerait à la Somalie(pays où il n'y a pas d'état) en quelques années.

5 J'aime