Le patron de SOS Racisme renvoyé en correctionnelle pour injure raciste envers Jean Messiha

:grinning_face_with_smiling_eyes: le monde n'est plus aussi simple qu'avant pour les dinosaures socialistes
https://www.instagram.com/p/CZiBQP8sMMc

La gauche a cru pouvoir avoir le monopole absolu de l'antiracisme ET rendre impossible toute construction même chez ses ennemis d'un mouvement qui ne soit pas antiraciste.

La gauche, battue sur le plan économique par le capitalisme, a voulu survivre quasi-exclusivement à travers l'antiracisme. Or elle a obligé toute la société à se conformer à l'antiracisme, dans l'espoir qu'il n'y ait plus qu'elle à la fin. Les conservateurs d'aujourd'hui leur prouvent que le réactionnaire (voire le fascisme) est parfaitement conjugable à l'antiracisme, encore mieux que chez la gauche et ses chapelles de déconstruction en situation de guerre éternelle.

La gauche a réussi à faire de l'antiracisme la norme morale suprême, au-dessus de tout le reste. Mais elle ne parvient pas à être plus cohérente que des non-blancs qui s'assimilent à la religion France, celle de la République transraciale.

La gauche est destinée à se faire victimiser par n'importe quel parti fasciste qui a su formuler son antiracisme et qui a su abandonner l'espoir obsolète de surfer sur la xénophobie raciale.

La gauche est donc devenu le maillon faible de l'antiracisme. Au revoir.

Les prochains sur la liste : les "racistes" qui pensent que le conservatisme va faire marche arrière et se détacher de sa seule locomotive qu'est l'antiracisme.

Attendez-vous à 10 ans de "Zemmour ne sait pas ce qu'il fait, il gagnerait s'il reniait l'assimilationnisme antiraciste qu'il défend depuis 50 ans :clown_face:"

4 J'aime

On est partis pour au moins 15 ans de cirque assimilationniste chrétien conservateur :clown_face: Des débats au ras des pâquerettes, mais au moins il y a de l'ambiance et la gauche récolte la monnaie de sa pièce.

image

2 J'aime

Il y a en effet de quoi bien se marrer. D'autant plus que dans cette histoire, Dominique Sopo l'aura bien cherché, et que Jean Messiha était égal à lui-même, c'est-à-dire envisageant sa carrière de commentateur politique comme celle d'un comédien de stand-up.

Mais au-delà de l'anecdote (et des myriades qui promettent de suivre), on est effectivement dans une phase de recomposition politique. Ou plus exactement, une phase de réactualisation, où ce qui existait déjà (mais dans un état latent) devient visible au plus grand nombre. Ainsi, ça avait beau être sû de tous, j'étais quand même frappé d'entendre Marine Le Pen affirmer explicitement : « Je réponds au communautarisme par l’universalisme français. » (Causeur, février 2022) (Et au prochain épisode, Eric Zemmour lui répondra sans doute qu'il n'y a pas de communautarisme chrétien possible au sein de la religion universelle dont il se réclame...)

3 J'aime