L'ombre de la guerre plane à l'Est

Voici donc que le dictateur Poutine reconnait les deux Etats fantoches constitués à l'Est de l'Ukraine, et qu'il s'apprêterait à y envoyer des troupes. Cela peut nous sembler lointain, pas grave et "truc de soviets" à nous autres français et autres européens de l'Ouest, mais je pense que ça mérite pourtant toute notre attention.

L'Ukraine est un pays à l'histoire troublée, longtemps sous la domination de son puissant voisin. Ce pays et son peuple eurent à souffrir de l'impérialisme, du communisme puis du nationalisme post-communiste de la Russie post-URSS.

Cette domination fut systématiquement synonyme de répression dans tous les domaines, que ce soit sociaux, sociétaux, économique et culturel. L'hégémonie russe sur l'Ukraine eut inévitablement pour conséquences ethnocide, génocide par famines organisées, déportations, censure des arts, atteintes à la liberté d'expression, persécution d'opposants en tous genres et destruction de la démocratie et des libertés civiques.

Il ne s'agit pas là d'accabler le peuple russe, la culture russe ou de faire l'apologie du nationalisme ukrainien de façon manichéenne, la Russie étant un pays à l'histoire riche et passionnante, mais de constater que les différents régimes autocratiques qui ont successivement gouverné la Russie (monarchie tsariste, régime communiste puis régime Poutiniste) ont systématiquement détruit les tentatives d'émancipation et de démocratisation de ses voisins européens (Pologne, pays baltes, Ukraine, et même l’ensemble de l'Europe de l'Est pendant un demi-siècle).

Selon les renseignements américains (ça vaut ce que ça vaut), Poutine aurait pour ambition d'occuper une partie plus large encore de l'Ukraine, et d'y faire la chasse aux opposants, démocrates, libéraux, progressistes, féministes, LGBT etc. de la même manière dont il le fait en Russie depuis plus de 20 ans, pays où les espoirs d'émancipation sociétale se sont écroulés sous la politique réactionnaire, antiféministe, homophobe , ultra-pro-orthodoxe et soutenue à la fois par l'extrême-droite néo-nazie et l'extrême-gauche nostalgique du stalinisme.
Reste à savoir ce qu'il va se passer, espérons que ça n'ira pas jusque-là, bien que plus rien ne m'étonne.

En tant qu'européen, libéral, progressiste et opposé à toutes formes de néo-fascisme réactionnaire rouge-brun, je ne peux qu'exprimer mon soutien et ma solidarité aux ukrainiens qui aimeraient tant voir leur pays se diriger vers le progrès et la liberté de la civilisation occidentale, dont l'Ukraine fait pleinement partie mais dont elle est privée depuis tant d'années.

L'Ukraine n'est pas un pays parfait, loin de là, elle a aussi son lot de dégénérés ultra-conservateurs, mais son occidentalisation ne passera qu'à travers sa sortie du giron soviétique.

Encore une fois, je ne cherche absolument pas à accabler le peuple russe dans son intégralité, ni la magnifique culture russe, mais bel et bien la soif de pouvoir et de conquête liberticide de ses dirigeants.

Je terminerai par cette magnifique citation de Victor Hugo :

"Une guerre entre européens est une guerre civile".

6 J'aime