#Paris 🇫🇷 Mise en examen du responsable du groupe terroriste ultranationaliste « Vengeance Patriote »

Publié à l'origine sur : #Paris 🇫🇷 Mise en examen du responsable du groupe terroriste ultranationaliste « Vengeance Patriote »

L’homme qui travaille dans les réseaux informatiques est suspecté d’avoir participé à l’animation d’ «un site avec des idéologies antisémites et complotistes».

C’est un profil particulièrement inquiétant qui intéresse désormais la justice antiterroriste : Lucas S. 26 ans, a été mis en examen vendredi soir à Paris et écroué pour plusieurs infractions, de la « provocation » à « un acte de terrorisme ». Sa compagne, qui avait été interpellée avec lui mardi, a été relâchée sans charges. Il est soupçonné de diriger un groupuscule radical ultra-nationaliste baptisé « Vengeance patriote ». Lucas S. a été mis en examen pour « provocation par moyen de communication en ligne à un acte de terrorisme » ainsi que pour « apologie publique d’actes de terrorisme » et « détention non autorisée d’armes et de munitions de catégorie B en récidive ».

Cette mise en examen intervient dans le cadre d’une information judiciaire ouverte vendredi par le parquet national antiterroriste pour « association de malfaiteurs terroriste » (AMT) criminelle, faisant suite à une enquête préliminaire ouverte en avril. Mais c’est plusieurs mois avant que Lucas apparaît dans les radars des services. Selon nos informations, il est entré dans le collimateur des enquêteurs lors d’une première enquête antiterroriste visant un certain Alexandre S., un homme proche de la mouvance de ultra-nationaliste soupçonné de projets terroristes et mis en examen en janvier 2020. Les enquêteurs découvrent alors le groupuscule Vengeance Patriote, et surtout que Lucas S. administre un site haineux sur lequel il vend des ouvrages interdits ou faisant l’apologie des auteurs d’attentats xénophobes. Parmi eux « Les carnets de Turner » , écrit par un suprémaciste américain William Luther Pierce, « Siege » du néonazi américain Jason Mason, des écrits sur la pseudo thèse du Grand remplacement, ou glorifiant Brenton Tarrant, l’auteur des attentats de Christchurh ou de Breivik le terroriste norvégien d’Utoya… Ce site incite aussi les émules à commettre des actes violents au nom de cette idéologie xénophobe et antisémite. (…)

« Des idéologies antisémites »

Si la justice s’intéresse depuis quelque temps à Lucas S., l’homme a déjà fait l’objet d’enquête de médias d’investigations. Le site Nextimpact, spécialisé dans les nouvelles technologies en ligne, avait ainsi enquêté sur les activités numériques de Lucas S. qui se présente comme une sorte de « juriste » du Net, proposant à ses clients d’entamer des procédures pour effacer des contenus qu’ils ne voudraient plus voir en ligne. Le média Streetpress avait déjà fait le lien entre Lucas S. et le groupuscule Vengeance patriote.

Une menace qui « monte en puissance »

Des éléments que nous avons pu confirmer. Ancien juriste, Lucas S. se présente comme un entrepreneur « dans la tech », le milieu des nouvelles technologies. Se décrivant comme « un business angel », il a écrit des livres sur la cybercriminalité, sur les droits de l’informatique et a surtout fondé une Legaltech (une startup qui propose des services juridiques sur la législation en ligne aux particuliers et aux entreprises) dont les services proposent notamment d’effacer des traces numériques. Stéphane Bourgoin, le spécialiste des tueurs en série qui a récemment avoué avoir inventé bon nombre d’histoires qui avaient assis sa réputation, a notamment fait appel à Lucas S. pour faire disparaître les vidéos révélant les mensonges sur son parcours. Il semble bien que cette « face officielle » a permis à Lucas S. de dissimuler une face cachée, Lucas S. celle du militant ultranationaliste. (…)

leparisien.fr

2 J'aime

sticker

Les zemmorroĂŻdes en train de perdre tous leurs cadres Ă  vitesse grand V

1 J'aime