"Troubles de l'attention" : est-ce qu'on ne pathologise pas à outrance ?

J'entends souvent parler d'enfants diagnostiqués comme souffrant de "troubles de l'attention". Certains sont étiquetés comme nécessitant un suivi spécial à l'école (franchement, je vois mal comment même le meilleur des professeurs pourrait personnaliser à ce point sa pédagogie). D'autres sont carrément traités avec des médicaments ou autres thérapies. Aujourd'hui je suis tombée sur ces dessins visant à expliquer les différents types de troubles de l'attention. Ça me perturbe. Je me demande si on n'est pas en train de pathologiser des comportements et pensées parfaitement sains. Et si les "troubles de l'attention" n'étaient que le fait que les enfants sont vivants et n'existent pas sur terre pour s'intéresser à des choses qui ne les intéressent pas ? Je ne crois pas qu'être absorbé dans ses pensées quand on est à l'école soit un signe de "trouble de l'attention". C'est au contraire le signe d'une grande capacité à se concentrer sur ce qui a de l'importance pour nous.
Vivre complètement dans mes pensées est ce qui m'a permis de survivre à l'école, c'est-à-dire de garder intacts mes rêves, ma soif d'apprendre, ma volonté de bâtir des choses qui ont du sens pour moi et ma capacité à m'émerveiller. Sans ça, j'aurais été détruite par l'école.
Bref, je me demande si certains troubles de l'attention ne seraient pas un signe de bonne santé mentale.

(Ceci dit je ne nie pas que ces troubles existent, notamment chez les enfants gavés d'écrans et souffrant de carences éducatives. Mais il s'agit là bien plus de troubles éducatifs chez les parents que de troubles de l'attention chez les enfants)



8 J'aime

J'ai l'impression que le schéma d'en haut décrit mieux les adultes qui projettent sur les enfants leur "hyperactivité", et le deuxième schéma, celui de l'enfant qui ne les écoute pas parce qu'ils sont ennuyeux à crever.

Dire que ce mêmes personnes se croient valides psychiatriquement alors qu'ils n'ont souvent comme solution à leurs problèmes imaginaires rien d'autre que l'idée malade d'administrer à des enfants prépubères un traitement pour changer l'équilibre chimique du cerveau de ces enfants, comme une forme de trépanation moderne.

Rappelons quand même que la sagesse la plus élémentaire consiste à apprendre le plus tôt possible à ignorer les personnes qui veulent te forcer à faire des choses dont eux seuls ont envie (par exemple se conformer à un moule d'aliéné salarial dans l'espoir psychotique et immature de reconnaissance sociale), et de les envoyer paître avec leurs injonctions contradictoires. Ils blâment l'enfant hyperconcentré sur ses pensées et l'enfant hyperdissipé, et prétendent qu'on peut combiner les deux. Ont-ils envisagé que les difficultés qu'ils rencontrent pour être écoutés par les enfants ont peut-être un lien avec le fait qu'ils n'ont pas d'amis et qu'aucun adulte ne veut les écouter dès qu'il n'y est plus obligé par un système de coercition éducative ?

5 J'aime

Au passage, qu'est que ces adultes sont prétentieux ! "Il n'écoute pas ma diarrhée verbale ? C'est qu'il doit être un malade mental". Ils n'envisagent pas la possibilité que leurs paroles soient juste inintéressantes ?

8 J'aime

Un jour, l'administration en masse de ritaline aux enfants sera considérée comme une maltraitance.

5 J'aime

Les enfants sont par nature extrêmement curieux et facilement impressionnables, je pense que ce sont ces adultes qu'on devrait soigner s'ils voient des petits diablotins récalcitrant au travail qu'on doit droguer pour les faire rentrer dans le moule social en sautant à pieds joints sur leur personnalité.

7 J'aime

Je me demande s'il n'y a pas aussi une injonction à être un enfant sage comme signe de bonne santé, comme si faire des bêtises ou être turbulent était obligatoirement de la délinquance ou de la folie, dans les récits anciens sur l'enfance, comme La guerre des boutons, les bêtises d'enfants sont synonyme de vivacité, ils n'avaient pas la vie facile donc ils faisaient l'école buissonnière. Aujourd'hui, on n'ose pas punir un enfant réellement violent, car on pense que la réponse est sociale, mais un enfant non-délinquant, mais turbulent devrait être médicamenté, je trouve que c'est une forme de non-acceptation assez triste des enfants, comme une volonté de sur-pacifier la société, il faut vraiment ne pas aimer son enfant pour l'envoyer chez le psy et réclamer des médicaments parce qu'il saute sur le canapé. Je serais curieuse de savoir si cela se fait dans les pays nordiques, les enfants ont le droit de sortir dans la cour faire un tour s'ils n'ont pas envie de rester en classe, leur souhait est respecté, je suis sûr qu'en terme de prescription de drogue, ils le font moins.

7 J'aime

Une des causes majeures de ce problème est l'uniformisation de l'éducation nationale, causée par les effectifs de plus en plus nombreux dans les classes, et le mélange massif de plusieurs peuples au sein d'un même système éducatif.

Plus on met d'élèves dans une même classe, moins le professeur peut prendre le temps de connaître chaque élève, et d'adapter sa pédagogie.
De même, si on mélange des enfants Issus de trop de cultures différentes, ne pouvant s'adapter à tout le monde, on ne s'adapte à personne.

Et puis une autre cause est la projection des adultes sur les enfants. Les professeurs de primaire et de collège devraient avoir un module d'analyse du cerveau de l'enfant dans leur formation pour comprendre qu'ils fonctionnent de manière drastiquement différente des adultes.
Un enfant possède un réseau neuronal infiniment plus grand qu'un adulte et modélise son cerveau en permanence via son interaction avec l'environnement. 90% de ses connexion neuronales se font avant l'âge de 8 ans. Comment ne pas être dans la lune ou hyperactif à ce stade de leur évolution ?

La pédagogie Montessori avait démontré de très bons résultats en mettant au point des très petites classes avec des élèves d'âge différents et un enseignement centré sur l'autonomie.
Ainsi les élèves s'enseignent les uns les autres, tout en restant guidés par le professeur, et ont accès à un grand panel d'activités pratique autant que théorique. Ses ouvrages sont très intéressants.

Je ne conseille pas les écoles Steiner cependant, car si Maria Montessori état une spécialiste de la petite enfance, Rudolf Steiner était un gourou chrétien anti vax.

6 J'aime

Son anthroposophie est un groupement d'occultisme nazi similaire à l'ariosophie (à part qu'il y a anthropo- à la place de mot aryen) et ses cultistes pieds-nus écolonazis enterrent dans la terre des cornes remplies de bouse de vache : "agriculture biodynamique".

image

Avec Rudolf Steiner, on est quand même face à un christianisme en phase terminale. Imagine ton voisin faire ça.

image

Il a le polface :polface:

J'avais vu un article de zététiciens recensant les conneries qu'il débitait, mais le coup des cornes remplies de merde sous terre m'avait échappé :joy:

Et après on s'étonne que les méthodes d'éducation innovantes sont mal vues, quand un taré comme lui en fait la promotion...

Comment les conservateurs pourrissent tout ce qu'ils touchent, c'est quand même impressionnant.

On devrait faire un sujet sur lui dans l'observatoire des asiles d'ailleurs.

7 J'aime